• instagram
  • gmail
  • Facebook Social Icon

On parle de nous ! 

  Rendez-vous sur Facebook

 

pour découvrir le petit film de David & Jean, de Télé Chez Vous

(La web Tv niçoise de proximité

 
Emmanuel vous dit TOUT sur les origines du beau projet un peu fou

de trois amoureux de l’insolite...

 

https://www.facebook.com/Bricolites/

 

 

Résumé

Faites un voyage dans le temps avec les enfants à Bricolités.

Objets insolites à chiner

Bricolités est un véritable cabinet de curiosités ! Petits et grands peuvent y trouver des objets vintage et de collections :

  • Décoration

  • Jouets anciens

  • Vaisselle

  • Linge

  • Électronique

  • Luminaires

Et plein d'autres !

Salon de thé et atelier

Bricolités est également un salon de thé qui accueille les familles autour de délicieuses boissons chaudes et gourmandises sucrées. 

Le lieu possède aussi un atelier tout équipe qui permet aux bricoleurs de réparer leurs propres objets anciens ou même se lancer dans une création.

Le plus ? Les animaux sont acceptés et même très bien accueillis à Bricolités !

Article créé par Laura Dupra le 7 déc. 2018

 

 

 

 

Bricolités

 

Quoi ? : Boutique, brocante, bricolage
Où ? : 14 Rue de Paris 06000 Nice
Quand ? : Mer >Sam de 10h30 à 12h et de 14h à 19h
Transport ? : Tramway T1 Thiers
Des Questions ? : 04 93 88 98 57
Un lien ? : Cliquez-ici

Bricolités vous plonge dans le siècle dernier avec ses objets variés qui ont traversé des décennies, et ceux qui s’en inspirent. Organisée comme un cabinet de curiosité, la petite boutique est un univers magique.

Il faudrait plusieurs pages pour énumérer tout ce que l’on peut trouver dans la boutique Bricolités… Il y a là de la vaisselle, des couverts en argent, des linges anciens, des cadres, des objets publicitaires anciens ou des objets farfelus, mais aussi des meubles.
Un jour, il y a des verres à pastis, un oiseau empaillé, une besace en cuir de chasseur et des carnets de croquis et un vieux transistor, quelques jours plus tard un coussin brodé, des bijoux anciens, des verres en cristal de bohème et une maquette de bateau… Et ça change très vite !

On y trouve les plus belles pièces qu’un explorateur en culotte-courte pouvait dénicher dans le grenier de sa grand-mère, ou dans une maison de campagne.
C’est le paradis des chineurs, bien que situé loin du quartier des antiquaires !


Cet univers très particulier a été imaginé par ses trois associés – Jean-Michel, Florence et Emmanuel – qui passent la moitié de leur semaine à rechercher de nouveaux vieux objets, auxquels ils ajoutent de petites productions artisanales et farfelues, qui semblent venir du XIXe siècle aussi. Ils les déplacent et les regroupent régulièrement pour que Bricolités reste un cabinet de curiosité et non un amas de vieilleries.
Vouloir redonner une deuxième vie aux objets, c’est toute la philosophie de Bricolités.
Ca a commencé lorsque ce concept s’est installé au 14 rue de Paris, dans un grand local qui comprenait une boulangerie, avec son four au sous-sol et l’appartement du boulanger en arrière-boutique. Bricolités s’est installé en gardant le magnifique sol carrelé de la boulangerie, parfaitement assorti à la nouvelle activité du lieu.


Dans une chambre, la tapisserie fleurie d’époque croise une carte routière collée en guise de papier peint, il y a un fauteuil club et une banquette avec une couverture faite au crochet, un coin cosy où l’on peut même se poser avec une tasse de thé.

 

Dans l’esprit sauvegarde et réparation de choses anciennes ou cassées, on peut profiter de l’atelier urbain de Bricolités. Un espace où tout bricoleur peut s’installer pour repeindre, scier, poncer, visser, clouer… et si l’envie est là, mais pas la compétence, Emmanuel s’y connaît ! et il n’attend que ça : soigner des objets… Lui aussi a eu droit à une seconde vie, puisqu’il était directeur au centre hospitalier de Nice avant de s’associer à la boutique. L’univers du soin, il l’a vu tourner pendant des années.


Bricolités se revendique comme une parenthèse pour des citadins rêveurs. Et en faisant un tour de la boutique, on en ressort aussi déboussolé qu’Alice aux Pays des Merveilles.

Couleur Nice 

 

Si vous faites partie des citadins rêveurs ou si vous êtes simplement à la recherche d’un lieu atypique, où convivialité rime avec partage, alors poussez la porte de Bricolités, un tout nouveau concept qui vient de naître dans le quartier Lépante, en lieu et place d’une boulangerie fermée depuis des décennies.

Vous y trouverez une atmosphère faite d’objets anciens et décalés, qui racontent tous une histoire, et d’odeurs de café et de cake au citron, se mêlant joyeusement à celles de cire d’abeille et des copeaux de bois qui émanent de l’atelier
situé au sous sol.

À la fois brocante et salon de thé, atelier et lieu de partage, Bricolités a été pensé par trois amis passionnés chacun d’un des univers qui habite l’endroit. Emmanuel, en charge de vous accueillir, est un bricoleur hors pair. Il vous accompagnera sur toutes les tâches de bricolage dont vous avez besoin. Vous pourrez ensuite prendre le temps de boire un thé ou un chocolat accompagné d’une douceur faite maison, tout en laissant errer votre regard sur les nombreux objets chinés qui vous entourent et créent une ambiance un peu hors du temps.

14 rue de Paris, Nice. Du mercredi au samedi : 10h30-13h et 14h-19h.

 

 

 

 

 

 

L'ancien directeur général du CHU de Nice, a imaginé et conçu avec un ami promoteur, un univers pluriel fabuleux, inédit, unique, mêlant brocante, salon de thé et atelier de bricolage.

Rue de Paris, j'ai suivi un lapin blanc farfelu. Jusqu'à Bricolités, au numéro 14. Sortilège… Je me suis réveillée au pays des merveilles. Un monde un peu siphonné entre brocante revisitée, atelier nickel, coin cosy en vitrine. Ça sentait le bois de cèdre. Un personnage était là. Ni lièvre de mars, ni chapelier fou. Souriant. Volubile. Un peu déjanté quand même.

"Je vous sers un thé?" Ce qu'il fit dans un service ancien tout dépareillé. Posé sur une table en formica. "Vous devez goûter le cake au citron! C'est moi qui l'ai fait…" J'ai pas discuté. J'étais envoûtée. Par le lieu. Par l'enseigne. Par le pâtissier. Pas seulement parce que son cake à peine acidulé était exquis, mais parce que je l'avais connu jadis. Dans une autre vie. Il portait toujours un costume sobre. Et sombre. Il était directeur général du centre hospitalier de Nice.

Lui, Emmanuel Bouvier-Müller, brillant haut-fonctionnaire. Relooké en jean cool. Métamorphosé. Reconverti. Réincarné. En quoi au fait ? Commerçant ? Chineur ? Professeur d'ébénisterie et d'électricité ? Un peu tout à la fois.

Et cet univers… "On veut que les choses aient une personnalité." On ? Il y a un complice dans l'histoire abracadabrantesque. Jean-Michel Anjubault. Promoteur immobilier.

"Un être dans l'imaginaire, le ressenti, les émotions", plane Emmanuel, plutôt branché, lui, "objets anciens qui ont une âme à laquelle on peut donner une autre trajectoire, qu'on fait revivre avec leurs cicatrices".

Deux copains de longue date, mettant leur spiritualité, leur humanité, leur intelligence, leur audace en commun dans un ailleurs.

"Qu'est-ce-qu'on pourrait faire qui nous fasse vraiment plaisir et où on se réaliserait?" Ils se sont posé la question. Y ont mûrement pensé, réfléchi. Longtemps. Il leur fallait inventer un concept.

Un truc, "où les gens aient envie de venir, se sentent un peu chez eux". Tout en équilibrant les finances. Des rêveurs, peut-être, mais pas des doux dingues. Ils ont embarqué une avocate et un comptable pour les aider à mettre sur pied un schème respectant la liste de leurs envies, mais viable.

"Trouver des objets rigolos, jouer avec eux, les détourner, comme transmuer une valise en table. Donc, la brocante… Donc un coin de thé pour être bien, soit dans un tout petit salon, soit planqué derrière la devanture."

DE LA FARINE À LA SCIURE

Et puis quoi d'autre? Depuis l'enfance, Emmanuel est habile de ses mains. De ses neurones également: "On vit en ville, on a peu de place, peu d'outils, pas de machines, pas envie de faire de la poussière. Pourquoi ne pas monter un atelier de bricolage loué à l'heure?" 

Vieilleries sympas, tea time, bricole. Les trois formules pouvaient interagir. Le charme a opéré. Dans une ancienne boulangerie abandonnée depuis des lustres.

Transformée durant un an de travaux, réalisés par le tandem. Devenue écrin anachronique. Pris entre un bec d'avion rétro, celui de Noémie la cane, les museaux de Jean-Philippe, le renard, Charles-Édouard, le faisan, Victor, l'alligator… Bestioles empaillées régnant muettement sur un royaume de verres en cristal, assiettes de faïence, photos jaunies, bateaux miniatures, tabourets, chaises, linge brodé, clé à mollette usée par les manipulations, peluches, bibelots, théières, moules à gâteaux… Récupérés dans des vide-greniers, des salons de brocante.

On muse. On s'amuse. Futile en haut. Utile au sous-sol. Deux ateliers. L'un destiné aux ouvrages propres. L'autre, vaste, lumineux, frais, réservé au gros-œuvre, servi par des scies, radiale, à ruban, circulaire, vibrante…, un robot, un tour à bois, une ponceuse de table, une perceuse à colonne… Tout est neuf et aux normes.

Tout est possible: réparer une maquette, triturer le bois, retaper des luminaires en opaline… "Les gens viennent avec un projet. Je peux juste les conseiller, les aiguiller ou carrément les accompagner jusqu'au bout."

Après le thé. Entre deux parts de gâteau. "Je le prépare le soir chez moi…"